J’assume aujourd’hui pleinement ce rôle d’Enseignant-Guérisseur dans mon accompagnement, notamment tantrique.
Je me régale, je me découvre à chaque séance et j’accueille le fait d’être parfois bousculé par les questions, les attentes et les comportements des Accompagné(e)s.

Outre la difficulté d’évaluer, de vivre, de laisser la juste distance s’installer entre l’accompagnant et l’accompagné, se dresse également le positionnement de l’Enseignant. Et donc le mien.

Très marqué pendant ma jeunesse par les positions haute et basse de l’enseignement classique (-Je suis le Sachant, Tu ne sais rien, écoute, tais-toi et enregistre-), j’aspire à ouvrir un espace dans lequel l’enseignement est Roi et où la hauteur importe moins que la qualité de l’échange, de la présence et la volonté d’évoluer.

Pour autant, cette qualité ne peut émerger à mon sens que lorsque le cadre est posé, cadre dans lequel chacun assume ses responsabilités et se positionne.

A moi de me positionner, de rester authentique, d’accepter d’endosser parfois le rôle du gendarme, de rappeler à l’ « ordre », de questionner, de conseiller, d’encourager, d’éviter tout dogme, toute dépendance, d’être à l’écoute, de guider. Finalement d’être au plus juste.

Les séances de Coaching sur les 7 thématiques en sont un parfait exemple. Il est important pour moi d’insister sur l’objet de la séance et de communiquer que celle-ci n’a de sens que si l’Accompagné(e) accepte de se laisser guider et d’être également Acteur/Actrice de la séance.

Je guide tout en laissant un espace d’expression relatif à sa relation à la thématique choisie : l’Homme/la Femme, le Féminin/Masculin, le Corps, les Sensations, la Sexualité, les Emotions, le Toucher.

Je questionne, j’interroge, je suis à l’écoute, j’insiste, je me tais, je partage mon expérience de vie, je propose des explorations tantriques… et l’Accompagné(e) d’accueillir et d’exprimer ses émotions, de se rendre vulnérable, de se libérer et de se mouvoir dans un espace sacré.

J’ai trouvé écho au positionnement de l’Enseignant dans l’ouvrage de Pierre FEUGA, intitulé « le chemin des flammes » dont je vous livre ici un extrait :
« la seule fonction de l’enseignant est de faire saisir à l’élève ceci :
– tu es ton propre but, tu es ton propre éveil. Moi, je ne suis là que pour t’empêcher de rêvasser ou de ronfler trop fort, de te décourager ou de te prendre au sérieux. Mais tu ne dois pas m’imiter et tu ne m’appartiens pas. Tu es libre, toujours libre, même si tu ne le sais pas, même si tu ne le veux pas. Un jour tu me quitteras, et c’est très bien. Je penserai quelquefois à toi avec tendresse. »

Eric

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le publier sur votre blog, le partager sur Facebook et Twitter, cliquer sur « J’aime » ou faire un don via Paypal.

Blog