J’ai récemment eu l’opportunité de participer à une formation sur les danses sacrées animée par Geneviève Khemtémourian au Forum 104. Celle-ci regroupait une douzaine de personnes, la majorité d’entre-elles déjà enseignantes en danses sacrées. Ce qui n’est ni mon cas, ni celui de ma compagne, présente elle-aussi car grande tifosa de la Danse.

Geneviève nous propose l’approche suivante: « Ma singularité dans la danse sacrée ». Nous aurons ainsi l’opportunité chacun à notre tour, de devenir animateur et de proposer aux autres participants une chorégraphie ou une gestuelle en fonction de la singularité qui nous anime, sur une musique choisie par nos soins. Tout au long du WE, se succèderont ainsi mouvements individuels et collectifs au son de musiques profondes.

Seul homme au milieu de 11 femmes, telle fut le départ de ma singularité, et je dédiai une « danse » à l’éveil de la Femme Sauvage.

Nos interventions sont jalonnées par les enseignements de Geneviève, transmis par la voix et par la danse. Sa transmission est avant tout orale. L’apprentissage des mouvements et pas d’une danse passe par le corps. En avant la musique ! Geneviève danse sans un mot. Nous observons sans un mot. Puis nous reproduisons les pas, les gestes et les mouvements que nous avons retenus au son de la musique et sans un mot.

L’apprentissage passe par le corps, une façon d’éluder le mental. On observe, on se laisse guider, porter par le rythme, on expérimente, on ressent, on fait des « erreurs », on reprend. Sans être énoncé, il est clair que le cadre est bienveillant.

Le rituel se met en place petit à petit jusqu’à atteindre l’harmonie, la perception que chacun a trouvé sa place, individualité dans le collectif, que le rythme est là et porteur. La danse est interprétée une première fois, une deuxième, une troisième, voire une quatrième et nous initions la suivante.

La qualité de la musique, sa profondeur impose le respect absolu. Je me suis senti investi et porté par les vibrations sonores. Annonciatrice d’émotions. Une connexion de haute valeur avec des traditions vécues et perpétués par d’anciennes générations. Quelque chose de plus grand et vaste que nous. Au service du sacré.

Les danses sacrées ne sont-elles pas tantriques ? Qu’en pensez-vous ?

Cet article contient des mots qui cherchent à décrire ce qu’est ou ce que n’est pas le tantrisme à mon sens.  La  meilleure compréhension restant l’expérimentation, je vous invite à expérimenter le tantrisme !

Alors, qu’attendez-vous ?

Eric

Crédit image : Matthieu RICARD / www.matthieuricard.org/photographies/danses-sacrees

Si vous aimez cet article, sentez-vous libre de le partager via :

Blog