Cet été, je me suis fait plaisir en vivant une semaine intense de retraite dans la campagne normande avec la maître tantrique sarde Francesca Krim. J’avais émis le souhait d’approfondir la pratique des Bija Mantras, chère à la voie Shakta.

Au fur et à mesure de nos pratiques de Mantras nous est apparu, à nous participants, la conviction profonde et le ressenti, que les sons prononcés, en l’occurrence les Bija Mantras, proviennent des origines lointaines de l’Humanité.
Nous ne prononcions pas les sons. Nous étions des instruments de musique, des caisses de résonance dont les cordes se pinçaient toutes seules. Et la tonalité, la profondeur ou la gravité se régulaient d’elles-mêmes, physiquement et corporellement sans aucun contrôle de notre part possible. Guidé par un chef d’orchestre invisible et ô combien subtil dans ses arrangements.

Il m’est arrivé ainsi de démarrer la suite de mantras sur des tons graves et profonds et de basculer plus tard de manière spontanée sur des sons plus aigus.
Il m’est arrivé de descendre les tonalité graves, tellement graves que je ne pensais pas que cela était possible. Tellement graves que le son devenait presque inaudible. Tellement graves, que mes cordes vocales se contractaient.
Il m’est arrivé de produire des sons dont la tonalité m’était complètement inconnue.
Il m’est arrivé de trembler devant la puissance des sons.

Ainsi nous nous sommes laissés traverser par les sons.
Ainsi nous sommes devenus le son.
Ainsi nous sommes devenus le Mantra.

L’ORIGINE…

Eric

Blog