J’ai eu l’opportunité de vivre 4 années en Italie dans le cadre de mes activités professionnelles précédentes. Là-bas, j’y ai découvert que tout est sujet au plaisir des sens et à la séduction. Une rencontre, un regard, un sourire, un geste, un mouvement est prétexte à séduire. Jusqu’à en devenir un sport national. Susciter délibérément une admiration ? Une attirance ? Voire l’amour ? Pour se sentir observé ? touché ? et certainement aimé ? Pour s’ouvrir à une nouvelle relation, temporaire ou permanente ? Ou dans le but de créer une atmosphère conviviale et joyeuse ?

Lorrain d’éducation et d’origine, il m’a été difficile de percevoir la légèreté de cette approche et le jeu qui en découle. Je me suis ainsi souvent demandé quelle était la limite de ce jeu et si les Italiens tutoyaient ainsi une forme de bonheur via la séduction.

Séduction et Tantra

2 extraits de livres lus récemment m’apportent une réponse quant à la séduction masculine et Tantra. Dans le domaine du couple, c’est à mon sens un processus naturel visant à rechercher SA compagne, et uniquement SA compagne.

D’après « La prophétie de la femme médecine » de Hernan Huarache Mamani :

« Car si tu aimes vraiment, tu devras apprendre à comprendre que l’homme cherche une femme spéciale, une femme entre mille. Il se donnera complètement à cette seule femme et, seulement quand il l’aura rencontrée, il abandonnera son incessante recherche. »

Extraits de « L’avènement » de Lotus heart :

« Ceux qui s’adonnent avec ou sans raffinement au jeu de la séduction croient savoir jouir de la vie, mais Shri Mataji le conteste catégoriquement : « si la satisfaction est présente, pourquoi l’attention glisse-t-elle d’une personne à l’autre? ». Dans le processus, l’équilibre psychique est complètement perdu et le cerveau malade sexualise tout ce qui l’entoure : la nature, les vacances, les rencontres de voyage deviennent le cadre d’attentes sexuelles, cette obsession tue la spontanéité du sexe et la joie de vivre.« 

Et vous, que pensez-vous du jeu de séduction ?

Eric

Si vous aimez cet article, sentez-vous libre de le partager via :

Blog