Vivre pleinement le corps pour aller au-delà du corps est une expérience typiquement tantrique.

De l’immanence à la transcendance. De l’intérieur vers l’extérieur. Être à l’écoute du corps et de ses mouvements.

A ce sujet, j’ai pu vivre récemment une expérience éprouvante qui témoigne de ce processus corporel.

Je force le mouvement et me blesse tout seul, trop impatient face à la lenteur de la guérison de mon épaule droite.
Une vive douleur se manifeste alors, une pulsation permanente au niveau droit du ventre qui s’étend parfois jusqu’à l’omoplate, une contraction-décontraction musculaire, des spasmes.

Je recherche le confort dans l’inconfort.
Aucune position n’est en mesure de stopper la douleur ou d’en diminuer l’intensité.
3 jours et 3 nuits durant j’accueille cet état d’être, cette manifestation corporelle.
La douleur m’empêche de me reposer, de dormir. Je refuse la médecine allopathique et « bricole » avec les huiles essentielles.
Je respire énormément.
Je vis des états de transe, de profonde connexion avec l’intérieur du corps, de pensées claires, de créativité intense.
Toujours en présence de la douleur.

J’ai parfois l’impression d’être une femme enceinte sujette aux contractions avant l’accouchement. Point de bébé en attente cependant.
Alors à quoi bon toute cette douleur ? Quel en est le message ? Que représente-t-elle ?

L’énergie des astres accentue cet état éprouvant : nouvelle Lune, Solstice d’été et Eclipse.

Arrêter de se faire du mal. Arrêter de souffrir. Prendre soin de mon corps. J’existe au-delà de la douleur, au-delà du corps.

Je suis bouleversé par l’intensité de la douleur. Je ne comprends pas ce qui m’arrive. Je me retrouve balloté dans la turbulence de la tempête…
Pour autant une partie de moi reste calme, sait que cette turbulence est temporaire et cherche des solutions…

Qui me ramène à un état d’être plus normal. La douleur est présente, moins intense.

« A travers ce qui est immanent et manifesté – le corps et les sens éveillés (que l’on peut appeler aussi Shakti, le principe Féminin) – nous avons accès à ce qui est transcendant et non manifesté (que l’on peut appeler aussi Shiva, le principe Masculin), tout en savourant l’état de l’union au-delà de la multiplicité illusoire des formes.

Cela nous permet de vivre la vie dans toute sa richesse et plénitude : dans l’étreinte indivisible de la turbulence des vagues de superficie (Shakti) avec le calme du fond de l’océan (Shiva). »
Francesca Krim

Eric

Si vous aimez cet article, sentez-vous libre de le partager via :

Blog